Petits bricolages « bushcraft », il existe différents types de réchauds fabriqués à partir de boîtes de conserve et autres canettes (buddy stove, ikea stove, etc…). Voici un petit tutoriel pour réaliser un « wood gasifier stove », en français « gazéificateur à bois portable » ou réchaud à pyrolyse. Une réalisation légère et simple qui trouvera sa place dans un kit feu Bushcraft.



Ceci pourrait vous intéresser :

L'art du feu : formation en ligne



Avantages du réchaud à pyrolyse

Le gros avantage de cette réalisation est l’excellente combustion des petites brindilles qui l’alimentent, ne laissant derrière elles que des cendres blanches poudreuses et très peu de charbons. La flamme (lorsqu’elle est contrôlée) est très discrète et quasiment aucune fumée n’est émise (car elle est également consumée). Bref, un réchaud facile à fabriquer, discret et efficace (ébullition d’un quart en moins de 5 minutes). À vos outils !

Il vous faudra deux boîtes de conserve de même hauteur mais de diamètre différents. L’une devra être encastré dans l’autre.

  • Pour la petite boîte : retirez un seul couvercle, laissez l’autre qui servira de fond et sera percé.
  • Pour la grande boîte : retirez entièrement l’un des deux couvercles, l’autre doit être découpé à la dimension de la petite boîte afin de l’encastrer.

Réalisation du réchaud à pyroyse

  • Autour de la petite boîte : marquez puis percez une série de trous proche de chaque extrémité.
  • Autour de la grande boîte : marquez puis percez une série de trous proche du côté qui vous servira de base.

Percez le fond de la petite boîte d’une multitude de trous.

Encastrez la petite boîte, le fond vers le bas, dans la grande boîte dont les trous doivent être en bas également. Limez les bords de la grande boîte pour faciliter l’insertion sans rendre l’ensemble trop lâche.

Mise en fonctionnement du réchaud à pyrolyse

Le principe de fonctionnement du gazéificateur est expliqué ici : http://en.wikipedia.org/wiki/Wood_gas

L’air nécessaire à la combustion est aspiré à l’intérieur de la chambre (entre les deux boîtes) et réchauffé. Il remonte pour venir se mélanger aux gaz de combustion du bois grâce aux trous en haut de la petite boîte (c’est d’ailleurs ici que se forment les flammes). Les autres trous permettent de maintenir la combustion en apportant de l’oxygène.

Pour démarrer la combustion, rien de plus simple : une écorce de bouleau ou un peu de coton enflammé(e) au firesteel sera placé(e) dans le réchaud avant d’y ajouter de très fines brindilles. Petit à petit on pourra augmenter le diamètre des brindilles jusqu’à la taille d’un crayon à papier. L’inconvénient est qu’il faut maintenir la combustion en ajoutant régulièrement du petit bois.

Une combustion bien fournie est visible sur la photo ci-dessous (en encore, ce n’est pas à pleine puissance).

Dans la mesure où l’air nécessaire au processus entre dans le réchaud par le bas, il est préférable de poser l’ensemble sur un socle pour le surélever du sol et maximiser l’apport d’oxygène.

Pour y poser un quart, on peut confectionner un support au moyen d’une boîte de thon découpée pour former un trépied rudimentaire. On peut toujours ajouter des brindilles par les côtés.

 
Une solution de dépannage pour se confectionner une boisson chaude rapidement sans avoir à allumer un vrai feu de bois.


Ceci pourrait vous intéresser :

L'art du feu : formation en ligne



Si ce contenu vous a plu, n’hésitez pas à le partager. Soyez également informé(e) en avant-première de la publication d’autres articles, vidéos, podcasts en vous abonnant à ma newsletter pour accéder en prime à du contenu exclusif.

Sélection de liens de la semaine :Cliquez-ici !